Pour votre 1ère commande : livraison Colissimo OFFERTE – Saisissez le code PREMIERE
France

Service clients 02 40 83 93 93

Professionnels de santé

Tapez ici votre recherche

Retour à la thématique Microbiotes

Microbiotes

Qu’est-ce que le microbiote intestinal ?

À l’intérieur du tube digestif, les bactéries vivent en communauté. Elles restent accrochées aux parois du tube digestif grâce au biofilm, un écran protecteur qui leur évite d’être entrainées par le transit intestinal. Découvrons les spécificités du microbiote intestinal.

Le microbiote, unique à chaque individu, ne s’étend pas de façon homogène dans l’écosystème intestinal. Sa densité est minimale dans l’estomac et maximale dans le côlon.Le microbiote intestinal est un organe stable : une fois atteint l’âge adulte, sa composition évolue peu2. C’est à la naissance, puis à partir de 65-70 ans, que la diversité d’espèces qu’il abrite varie le plus3.

Les spécificités du microbiote intestinal aux différents âges de la vie

YouTube conditionne la lecture de ses vidéos au dépôt de traceurs afin de vous proposer de la publicité ciblée en fonction de votre navigation.

En cliquant sur « J'AUTORISE » les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser la vidéo.

Du stade pré-natal au vieillissement, le microbiote intestinal joue un rôle essentiel tout au long de la vie et garantit un intestin en bonne santé́, une bonne immunité́, le bon fonctionnement du système nerveux central ou encore l’équilibre génito-urinaire.

 

 

 

 

Comment se développe le microbiote ?


Dès la grossesse, à la naissance et jusqu’au 2 ans du bébé́, le développement du microbiote intestinal de l’enfant est influencé par de nombreux facteurs : l’environnement familial, l’environnement intra-utérin, le mode d’accouchement par voie basse ou césarienne, la prise de médicaments ou antibiotiques, l’alimentation. En effet, l’allaitement maternel module la composition du microbiote intestinal et augmente la présence des bifidobactéries et des lactobacilles chez le tout-petit.

Tous ces éléments sont importants pour la bonne mise en place du microbiote et son impact positif sur la santé future de l’enfant, notamment la prévention de maladies chroniques ou d’affections des voies respiratoires.

 

Microbiote intestinal à la naissance

Le microbiote à l’âge adulte

À l’âge adulte, le microbiote intestinal est relativement stable. Il se compose de plus de 10000 milliards de bactéries, levures, champignons et virus. Chaque personne possède une identité́ propre au niveau de son microbiote. Un tiers des bactéries est commun entre les individus.

Certains facteurs peuvent moduler de manière négative le microbiote : une alimentation inadaptée, le stress, la prise de médicaments, les infections. On parle alors de dysbiose qui peut provoquer des troubles digestifs, des infections à répétition, des allergies etc.

Le microbiote à l'âge adulte

Le microbiote des seniors


En vieillissant, le microbiote intestinal perd de sa diversité́. En effet, à partir de 65-70 ans, le microbiote démarre un nouveau cycle de maturation. Avec le vieillissement, le microbiote perd en stabilité. Le nombre de certaines espèces diminue, les bifidobactéries notamment, et d’autres augmentent. Les populations d’entérocoques, de streptocoques mais surtout d’entérobactéries s’intensifient. De même, une étude récente a rapporté une augmentation significative de l’abondance relative des Proteobacteria avec l’âge. 

La modification du mode de vie et des comportements nutritionnels sont en grande partie responsable de son évolution. 

Microbiote de sénior

Le microbiote intestinal en chiffres

Le microbiote intestinal en chiffres

Pourquoi moduler son microbiote ?

De nombreux facteurs influencent l’évolution et l’équilibre du microbiote comme la baisse d’activité physique, l’augmentation de la consommation de médicaments ou encore l’affaiblissement du système immunitaire. 

 

L’évolution du microbiote associé au maintien des bonnes habitudes de vie seront déterminants pour maintenir une bonne diversité́ des espèces bactériennes à un âge plus avancé.

 

Il est intéressant d’évaluer l’état du microbiote intestinal à tous les âges de la vie.

En cas de déséquilibre, il est possible de le moduler par l’alimentation, une bonne hygiène de vie et l’apport de probiotiques, prébiotiques ou postbiotiques.

 

Comment équilibrer son microbiote intestinal ?

Une alimentation saine pour un microbiote en bonne santé

Les bactéries qui composent le microbiote intestinal se nourrissent des aliments ingérés. Ainsi, afin d’avoir un microbiote bien équilibré avec une richesse et une diversité de bactéries, certains aliments sont à privilégier au quotidien.

Il s’agit principalement des prébiotiques qui sont des substances présentes dans l’alimentation, principalement dans les aliments riches en fibres, et qui servent de nourriture aux bactéries. 

Les prébiotiques sont par exemple présents dans les poireaux, les céréales complètes, les artichauts, oléagineux ou encore les aliments riches en acides gras essentiels tels que les huiles végétales de colza, noix ou les poissons gras.

Retrouvez tous les aliments riches en prébiotiques dans l’article « Quelle alimentation pour un bon microbiote ?»

L’apport de probiotiques 

 

Les probiotiques sont des « micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels ».

 

Il existe une multitude de probiotiques répertoriées en 4 genres : Lactobacilles, Bifidobactéries, Streptocoques, Lactocoques, puis déclinées en espèces et enfin en souches. Certaines d’entre elles sont utilisées pour leur spécificités propres dans l’élaboration des compléments alimentaires. C’est notamment le cas pour les lactobacilles. Parmi les plus connues, on retrouve par exemple Lactobacillus rhamnosus, Lactobacillus casei / paracasei, Lactobacillus salivarius, Lactobacillus helveticus, Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus Fermentum.

 

Au-delà d’une alimentation variée et équilibrée, une bonne hygiène de vie contribue favorablement à maintenir l’organisme en bonne santé. Il s’agit de respecter ses cycles de sommeil, pratiquer une activité physique régulière, ainsi que d’évaluer et prendre en charge les situations de stress qui peuvent liés le cas échéant.